Prévention anti-âge

L’espérance de vie a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années. Mais prendre de l’âge s’associe souvent à un ensemble de maladies cumulatives, de pathologies dégénératives, d’usures du corps et de disgrâces esthétiques. Ce processus de vieillissement inévitable trouve son origine dans des facteurs génétiques, mais il peut être aussi accéléré par des facteurs extrinsèques en rapport avec le mode de vie des individus, leur environnement, leur alimentation, leur stress.

La médecine évolue, de son rôle premier dans le traitement des pathologies, vers la prévention et de la promotion de la santé. En vivant plus longtemps une réflexion est née pour vivre mieux et conserver une apparence correspondant à ses fonctions cérébrales.

La médecine anti-âge ou médecine de la longévité agit sur un niveau interne et sur un niveau externe.

Au niveau interne, il faut préserver l’activité et la qualité de nos fonctions et organes vitaux, maintenir les fonctions intellectuelles de mémoire-réflexion-concentration, stimuler le système immunitaire, entretenir une sexualité, maintenir la masse musculaire, favoriser le sommeil… La médecine anti-âge veillera à stabiliser l’équilibre hormonal et l’apport des micronutriments nécessaires aux nombreuses réactions biochimiques de notre corps.

Au niveau externe, agir le plus tôt sur les signes extérieurs du vieillissement : prise de poids, relâchement cutané, insuffisance veineuse, déshydratation, rides, taches…

Cette médecine doit être préventive afin d’être la plus performante possible. Elle peut débuter par une simple réflexion et à quelques modifications de notre façon de vivre. Une évaluation des facteurs de risque permet de préserver son capital santé.

Le processus de vieillissement

Dans presque tout notre corps
 nos cellules sont en constant renouvellement. Les cellules meurent pour être remplacées par de nouvelles. Le vieillissement est en partie lié à un déséquilibre entre la mort cellulaire programmée et le processus de reconstruction. Les glandes productrices d’hormones en étant touchées, réduisent leurs actions stimulantes sur tout le corps. Les facteurs de vieillissement sont essentiellement : la production de radicaux libres et la glycation des protéines. ainsi que les mutations . Le corps s’oxyde.

Les effets du vieillissement

Le vieillissement provoque une diminution progressive de chacune de nos fonctions physiques et intellectuelles.

• Système nerveux central : La baisse du nombre de neurones dans le cerveau et les troubles de la circulation cérébrale entraînent des pertes de mémoire et des difficultés à se concentrer et sont responsables de certaines maladies dégénératives :Alzheimer,Parkinson).
• Glandes endocrines : La production d’hormones diminue, thyroïdienne, surrénales (DHEA, pregnenolone, cortisol) et sexuelles (œstrogène, progesterone et testostérone) entrainant, poids, insomnie ou irritabilité, dépression, démotivation, mauvaise adaptation au stress, troubles de la sexualité…
• Système cardio-vasculaire : La baisse de performance du cœur et la rigidification des artères agissent sur l’oxygénation et la nutrition des tissus entrainant une baisse des capacités physiques et intellectuelles, mais risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral.
• Système respiratoire : Ses perturbations contribuent à la baisse d’oxygénation et des performances physiques principalement musculaires..
 Système rénal : mauvaise élimination des déchets et d’une accumulation de toxines.
• Système digestif : il commence avec la dentition. D’une part on retrouve une baisse d’ assimilation des nutriments avec des carences .Mais aussi souvent l’intestin laisse passer des particules indésirables en perdant son rôle de barrière. Ces intolérances alimentaires sont responsables d’inflammation chronique sur les différents systèmes de notre organisme.
• Au niveau osseux : ostéoporose et fragilité osseuse, responsable de fractures.
• Au niveau cutané : rides et relâchement cutané.

Les facteurs extérieurs

• Une mauvaise alimentation : une alimentation trop riche en sucres et en graisses saturées atteint le coeur, les poumons, est responsable d’obésité, de troubles métaboliques (hypercholestérolémie, diabète…) d’inflammation au niveau des tendons, des articulations…
• Le tabac : il fragilise le coeur et les poumons, mais aussi les os, les reins et la peau.
• L’alcool : il affaiblit les reins et l’appareil digestif, le foie et le système neurologique. Il nuit aussi à l’éclat de la peau.
• La sédentarité : le manque d’activité physique affecte le coeur, les poumons, les muscles, les os. Elle est aussi un facteur de surpoids qui augmente les risques de maladies cardio-vasculaires et de maladies métaboliques.
• Le soleil : il fragilise les yeux et la peau.
• La pollution, l’utilisation de pesticides, insecticides, la présence de métaux lourds dans notre environnement favorisent le stress oxydatif.

Que faire ?

Dès le plus jeune âge
• combattre la prise de poids
• éviter l’exposition solaire et hydrater la peau

Adolescence
• équilibrer l’alimentation et l’adapter à la croissance
• veiller à la prise de poids
• éviter le tabac, l’alcool, l’abus de soleil, prévenir la déshydratation de la peau
• favoriser l’activité sportive

30 à 35 ans
Les secrétions hormonales commencent à faiblir avec pour conséquences l’augmentation du poids, altération de l’humeur et diminution de la qualité de la peau.
▪ avoir une alimentation équilibré, variée et de qualité
▪ faire un dosage du taux de DHEA qui servira de référence ultérieurement
▪ hydrater sa peau grâce aux mésolifts et aux crèmes anti-âge
▪ stimuler la régénération cellulaire par des peelings aux acides de fruits
▪ stimuler la synthèse de collagène par photorajeunissement ou photothérapie
▪ combler les petites ridules
▪ pratiquer une activité sportive régulière, marcher au quotidien, monter les escaliers
40 ans
▪ Bilan biologique complet
▪ Examen cardiaque
▪ Bilan prostatique pour les hommes
▪ Pour les femmes : mammographie tous les 2 ans et frottis vaginal tous les ans
▪ hydrater la peau, la revitaliser par un mésolift
▪ consulter un médecin anti-âge pour réduire les rides du front, de la patte d’oie et de la glabelle par des injections de produits de comblement ou de toxine botulique, pour combler les creux du visage, atténuer les cernes ou faire un peeling.

A partir de 45 ans
La chute des sécrétions hormonales entraîne des troubles métaboliques et un relâchement cutané.
▪ surveiller cholestérol, triglycérides et sucres
▪ bilan nutritionnel, statut des acides gras et dosage du stress oxydant
▪ rechercher une prédisposition de maladies cardiovasculaires
▪ faire un coloscopie
▪ dosage hormonal DHEA, Hormones sexuelles
▪ mammographie tous les 2 ans et frottis vaginal tous les ans
▪ poursuivre les soins à visée esthétique car le vieillissement cutanée s’accélère en pré ménopause

A partir de 50 ans
Pratiquer des examens afin de déterminer l’âge biologique réel
▪ établir un bilan hormonal complet
▪ dosage des neurotransmetteurs en cas de troubles du sommeil, de l’humeur ou de la mémoire
▪ bilan biologique complet, acides gras, stress oxydant, bilan inflammatoire, bilan osseux
▪ écho doppler carotidien si il existe des facteurs de risque
▪ renforcer, si besoin est, l’organisme en antioxydants
▪ veiller à une alimentation équilibrée pour éviter les déficits en oligo-éléments et en acides gras afin de conserver les fonctions cognitives, mémoire, vue, ouïe
▪ pour les hommes : examen de la prostate
▪ pour les femmes : mammographie tous les deux ans, frottis vaginal tous les ans et densitométrie osseuse
▪ pour les deux sexes : dépistage du cancer colorectal tous les deux ans
▪ poursuivre une activité sportive régulière
▪ soins à visée esthétique : effacer les tâches brunes, réduire les rides par comblement, éclaircir le teint par les peelings

Après 60 ans
Les raisons d’exercer de nouvelles vigilances nutritionnelles sont multiples : ménopause pour les femmes et risque cardiovasculaire pour les hommes.
▪ Un apport suffisant de calcium, de vit D et de protéines.
▪ Privilégier une alimentation alcalinisante pour épargner l’os (fruits, légumes et produits laitiers maigres) et réduire les aliments acidifiants (produits gras, sucrés et les fromages gras.)
▪ Limiter le tabac, l’alcool, le café et le thé car ils augmentent le risque d’ostéoporose.

Optimiser le système antioxydant : Nos cellules peuvent lutter contre le phénomène d’oxydation grâce à un système dépendant de la vit.C de la vit.E, du bêta carotène, du sélénium, du zinc et des acides gras essentiels, d’où l’importance des fruits, des légumes, des huiles, des polyphénols du vin rouge, des flavonoides du raisin.

Optimiser les apports en iode pour éviter les problèmes thyroïdiens.
 Éviter la dénutrition grâce à un apport suffisant en calories et en protéines, car la dénutrition induit une perte de poids au détriment de la masse musculaire.
 Penser à compenser les carences en calcium, magnésium, vit D, fer, oméga 3, fibres et eau.
▪ Bilan colorectal, prostate, seins, ovaires, utérus, yeux
▪ Densitométrique osseuse
▪ Surveiller le cœur et diminuer les risques cardiovasculaires
▪ Faire un fond d’œil à la recherche d’une dégénérescence maculaire lié à l’âge (DMLA)
▪ Détecter les troubles de la mémoire

Poursuivre les soins de médecine esthétique.

1 commentaire